centre d’art contemporain genève

IMAGE

MOUVEMENT

CINENOVA
WOMEN'S FILM AND VIDEO DISTRIBUTOR

Une proposition d'Emilie Bujès

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈ Pour sa première présentation en Suisse, le distirbuteur de films et vidéos féministes CINENOVA proposera un programme en trois chapitres.

16.03 - 27.05.2012
4ème étage

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈ L'invitation de CINENOVA, qui a lieu dans le contexte de la plateforme IMAGE-MOUVEMENT,
s’inscrit également dans une recherche ayant trait aux archives filmiques, et initiée en 2010 par une série de
présentations et projections intitulée « Archive Fire. Between Memory and Open Territory ». Au-delà des questions
centrales de la conservation et de l’accessibilité, ces réappropriations contemporaines offrent une opportunité de
reconsidérer l’archive, de potentiellement la déconstruire ou la dé-sédimenter (Derrida), la reformer, la questionner.
CINENOVA, qui détient une large collection de films et vidéos réalisés par des femmes, permet d’envisager le sens que
peut avoir ce critère très spécifique, tant aujourd’hui que dans le passé : le langage, le point de vue, le processus filmique
sont-ils particuliers ? Le groupe de travail de CINENOVA propose pour le Centre neuf films et vidéos, articulés autour de
trois propos significatifs. L’une de ses membres participe par ailleurs à une discussion au mois de mai pour évoquer la
situation du groupe et son rapport avec celle des fondatrices, les luttes et questionnements actuels, les ambitions
futures.

Fondée en 1991, CINENOVA est une organisation née de la fusion de deux distributeurs de films et vidéos féministes,
« Circles » et « Cinema of Women ». Ces derniers ont été créés dans les années 1980, en réponse au manque de visibilité
des femmes dans l’histoire de l’image en mouvement. Ces deux organisations, bien qu’à l’origine autogérées et
autofinancées, avaient pour objectif de fournir des moyens pour soutenir la production et la distribution des oeuvres des
femmes dans ce domaine, et ont joué un rôle crucial dans la création d’un médium indépendant et radical. Les quelque
500 titres distribués actuellement par CINENOVA et datant des années 1920 à nos jours comprennent des films
expérimentaux, de fiction, des films et vidéos d’artistes, des documentaires et des films à but pédagogique. CINENOVA
possède par ailleurs une grande collection de documents papier, livres et posters, liés aux films distribués et rendant
compte de l’histoire et des politiques de production filmique et vidéo. Les sujets abordés dans les travaux de la collection
de CINENOVA incluent contre-histoires, luttes postcoloniales, domesticité et travail social, représentation de genres et de
la sexualité, et surtout, relations et alliances entre ces différentes luttes.

PROGRAMME 1: REVEALING, NAMING, EXPOSING
16.03 - 8.04
≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈ L’une des principales problématiques occupant le mouvement féministe des années 1970 et 1980 fut celle de l’objectivité
dans l’analyse et la présentation des histoires des autres. De nombreuses femmes refusent alors publiquement d’être
décrites d’un point de vue masculin ; elles recherchent et présentent plutôt des contre-histoires. Dans le domaine du
cinéma et de la vidéo, elles aspirent à explorer d’autres langages visuels et à donner voix à leurs propres idées et désirs.
Les réalisatrices présentées dans ce programme examinent de différentes manières la façon dont une histoire peut être
contée tout en étant parfaitement conscientes de leur propre implication dans celles-ci - que ce soit par la présence
même de leur corps, par le mouvement de la caméra, par leur contexte familial, ou par un engagement politique radical.

RONNA BLOOM, « I Feel Hopeful About the Future », UK, 1986, vidéo, 11’
SU FRIEDRICH, « The Ties That Bind », USA, 1984, 16mm transféré sur vidéo, 55’
SANDRA LAHIRE, « Uranium Hex », UK, 1987, 16mm transféré sur vidéo, 11’

PROGRAMME 2: THESE RELATIONSHIPS AND ROOMS
10.04 - 6.05
≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈ Ces chambres abritent ces relations. Nous ne sommes pas dans une comédie ou un mélodrame où la référence est le
noyau familial ; il ne s’agit pas ici d’exister pour créer un chez soi ; il s’agit de vivre. Dans « Keep Your Laws Off My
Body », des images de l’intimité d’un couple s’entrelacent avec celles d’une manifestation d’ACT UP en 1989, tandis que «
17 Rooms » fait entrer dans une chambre des diagrammes de la sexualité du couple et des fantaisies importées de
l’extérieur. « Space Invaders » s’invite dans une discothèque, et se termine dans une chambre, derrière un écran de
télévision, où des couches d’aliénation s’interposent entre la protagoniste et notre regard.

ZOE LEONARD & CATHERINE SAALFIELD, « Keep Your Laws Off My Body », USA, 1990, Super 8 transféré sur vidéo, 13’
CAROLINE SHELDON, « 17 Rooms (or what do lesbians do in bed?) », UK, 1985, 16mm transféré sur vidéo, 10’
JUDITH BARRY, « Space Invaders », USA, 1982, vidéo, 8’

PROGRAMME 3: THE LIVING WE ARE IN
8.05 - 27.05
≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈ Chaque film de ce programme témoigne de différents degrés d’altérité, à l’arrivée dans un nouveau lieu – un lieu où la
violente rencontre de races, genres et classes, administrée par des institutions culturelles et politiques, influence la
possibilité de vivre sa vie. Au punk et expérimentations vocales du groupe Disband dans « Hey Mack » répondent les
rythmes de montage de « Now Pretend ». A travers de nombreuses voix et expériences, « Who Takes The Rap » propose
l’histoire comme méthode pour comprendre la répression et l’exploitation actuelles du travail des immigrants au
Royaume-Uni.

TINA KEANE, « Hey Mack », UK, 1982, Super 8 transféré sur vidéo, 15’
LEAH GILLIAM, « Now Pretend », USA, 1991, 16mm transféré sur vidéo, 10’
LAI NGAN WALSH, « Who Takes The Rap – Immigration », UK, 1986, vidéo, 38’

Télécharger le texte "Cinenova"

CHARLOTTE

MOTH

PROGRAMMATION

FILM SUR

MONITEURS

FORUM

DES ARTS

ELECTRONIQUES

IMAGE≈≈≈≈

MOUVEMENT 2011

IMAGE≈≈≈≈

MOUVEMENT 2010

THE SCREEN FROM

BARCELONA/LOOP FAIR